La remorque est là !

La voici la voilà ! Après des mois d’attente à cause du confinement, la remorque pour la tiny house est arrivée il y a quelques jours. Maintenant qu’elle est là, quelles sont les prochaines étapes ?

Les détails de la remorque

De marque Vlemmix, elle mesure 6.60m de long pour 2.45m de large. C’est une taille bien classique. Son PTAC est de 3500kg, ce qui est également la norme pour une remorque de tiny.

Une chose à laquelle je ne m’attendais pas (mais qui est logique, au fond) : elle a une carte grise, et j’ai donc dû faire les démarches pour la mettre à mon nom avec le revendeur (très rapide et facile). C’est le premier véhicule officiellement à mon nom 🤩 Ça y est je deviens une adulte… #vieillesse

Remorque de tiny house, marque Vlemmix

À venir prochainement

La plupart des gros lots ont été commandés : les fenêtres doivent arriver début septembre, le combiné four/gazinière Thetford est en chemin, de même que le poêle à bois Cubic qui doit traverser l’Atlantique.

Les vacances s’ajoutent aux délais déjà allongés dus au ralentissement des industries, et les vrais travaux n’ont pas encore commencé car mon constructeur a profité des deux dernières semaines pour se reposer. Tout devrait cependant s’enclencher dès cette semaine et j’ai très très hâte de voir la petite prendre vie ! Je n’arrive pas à croire que ma maison sera prête dans quelques semaines.

Cela amène à l’emménagement et au terrain : je suis super excitée d’annoncer que j’ai trouvé un terrain et que je devrais y emménager fin septembre/début octobre (🤞🤞🤞) ! Pas de spoil, cela fera bientôt l’objet d’un article et d’une vidéo dédiés ! Mais je suis vraiment soulagée d’avoir réglé ce point, car c’était ce qui me stressait le plus. J’en parlais dans ce post Instagram.

View this post on Instagram

// PAS TOUJOURS FACILE Faire construire sa tiny house et démarrer une nouvelle vie, c'est vraiment excitant et je suis extrêmement heureuse et reconnaissante de pouvoir vivre cela. . Pourtant, un point draine mon énergie depuis le début : la grande difficulté à trouver un terrain. Que ce soit des personnes privées, des campings, caravanings, mairies… Il y a toujours une raison légale, des préjugés ou de la méconnaissance qui poussent les interlocuteurs à refuser le dialogue ou dire catégoriquement que ce n'est pas possible. . C'est un sujet qui me tient souvent éveillée la nuit : et si je ne trouve rien d'ici à ce que la tiny soit construite ? Comment est-ce que je peux m'en sortir ? Que faire pour accrocher l'attention des gens et les amener à ouvrir leur esprit ? Pourquoi la législation est-elle encore si en retard par rapport aux USA ? . Je n'aime pas être négative et pessimiste, mais c'est aussi ça la réalité de l'habitat alternatif. J'ai bon espoir que le vent finisse par tourner pour moi, et que la mentalité française face aux tiny houses évolue dans les prochaines années 🌸

A post shared by Marie (@mariegoestiny) on

Maintenant que la base de toute la tiny est là, les choses vont s’accélérer : j’ai hâte de partager au maximum les travaux et voir mon rêve prendre forme. Je vais également être plus régulière avec les articles et posts sur les réseaux 📝

Suivez l’aventure :

  • 📱 Facebook – Marie goes Tiny
  • 📷 Instagram @mariegoestiny
  • 📩 Abonnez-vous à la newsletter en haut de la colonne de droite (uniquement pour recevoir un mail lorsqu’un nouvel article est publié, pas de spam).

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *